L'ultra qui vomissait Hitler

L'ultra qui vomissait Hitler

Monarchiste délirant et farouchement antinazi, Friedrich Reck-Malleczewen tint entre 1936 et 1944 un journal fulminant, qu'il enterrait chaque nuit dans un champ.

Ce n'est pas un journal, c'est un cri. Un hurlement de haine et d'impuissance ininterrompu pendant huit ans. Entre 1936 et 1944, Friedrich Reck-Malleczewen tient un manuscrit qu'il cache la nuit dans les champs et dans lequel il consigne la mise à mort de l'Allemagne telle qu'il l'avait rêvée. « Je n'ai pas d'autre arme contre vous, écrit-il, que cette malédiction dont je sais qu'elle dessèche mon propre coeur, je ne sais pas si je survivrai à votre ruine... Mais je sais parfaitement qu'il faut haïr de tout son coeur cette Allemagne-là si on aime vraiment l'Allemagne ; je préfère mourir dix fois plutôt que de voir votre triomphe. » Publié après guerre, l'ouvrage est connu outre-Rhin, mais ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous