Margot la ravaudeuse

Margot la ravaudeuse

Si la rédaction de Margot la ravaudeuse, court roman libertin, valut à son auteur un séjour en prison en 1748, ce n'est pas seulement pour son obscénité - très allusive, et qui aujourd'hui nous paraît toute relative. Les tribulations érotiques de Margot se déploient dans un programme bien plus subversif : décaper le vernis social des nantis. D'où l'actualité encore retentissante du texte qui nous enjoint à comprendre que « grandeur et dignité n'est autre chose qu'orgueil et bêtise ».

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous