Mark twain à bâtons rompus

Mark twain à bâtons rompus

L'écrivain n'a pas écrit mais dicté son autobiographie, en stipulant qu'elle ne pourrait être publiée que cent ans après sa mort. Ce deuxième tome confirme combien il fut un Américain atypique.

Il faut se méfier de l'adjectif exemplaire, surtout quand on l'accole à un écrivain pour l'ériger en allégorie d'une nation. Ainsi de Samuel L. Clemens, dit Mark Twain, qui semble à lui seul un concentré d'Amérique : pensez donc, un ancien pilote de bateau sur le Mississippi, qui a commencé à travailler à l'âge de 15 ans, a participé à la grande aventure de la presse naissante, à la guerre de Sécession, était ami intime de son vainqueur, le général Grant ; qui fut l'inventeur de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn, petits Américains emblématiques, et produisit des aphorismes pour cent ans de politique américaine. Clinton s'en est servi, lors de la campagne de 1992, pour attaquer la politiqu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous