McEwan undercover

McEwan undercover

Ian McEwan aime fausser les pistes. Tout comme Solaire était un roman sur le réchauffement climatique qui parlait de tout sauf du réchauffement climatique, Opération Sweet Tooth se présente comme un roman d'espionnage dont les vrais enjeux n'ont pas grand-chose à voir avec l'espionnage.

McEwan semble surtout vouloir mettre en scène une époque : les années 1970, celles de sa jeunesse et de ses débuts littéraires, avec leur ambiance politique chargée et leur monde divisé en deux camps. Un temps marqué aussi par le terrorisme de l'IRA, le gouvernement erratique d'Edward Heath, le premier choc pétrolier et les conflits sociaux ; c'est enfin une ère de transition pour les moeurs, avec d'un côté la libération sexuelle et, de l'autre, la perpétuation de vieilles coutumes comme les mariages arrangés, thèmes déjà abordés dans Sur la plage de Chesil. Au fond, on retrouve un peu la même évocation que celle qu'offre Jonathan Coe dans Bienvenue au club, mais avec un ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous