Michel Leiris l'indiscipliné

Michel Leiris l'indiscipliné

Dossier. Michel Leiris (1901-1990) a toujours cultivé la discrétion. Absent du paysage médiatique, il a pourtant marqué l’histoire de ses disciplines de prédilection : la littérature, l’ethnographie et l’écriture d’art. L’auteur de L’Âge d’homme fut aussi un pionnier de l’autofiction. Une vaste exposition donne à voir son musée imaginaire. Coordonné par Aliette Armel

Michel Leiris, d'une timidité extrême, a toujours cultivé la discrétion. Son malaise en présence de tout public devenait paralysie face à un micro, ou - pis - devant une caméra ! Plus encore, son exigence à l'égard du langage et de l'image était incompatible avec leur usage médiatique. Il a obstinément refusé les sollicitations de Bernard Pivot le conviant à « Apostrophes » et toutes décorations ou distinctions, y compris le grand prix national des lettres. Son nom circule donc peu en dehors des cercles d'initiés. Et pourtant ! Il a marqué l'histoire de ses disciplines de prédilection, la littérature, l'ethnographie et l'écriture d'art. Parue en 1934, L'Afrique fantôme a attendu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous