Montaigne en marge

Montaigne en marge

Parmi les trois « commerces » privés qui ont la préférence de Montaigne, outre l'amitié au singulier et la compagnie des femmes au pluriel, il y a place pour les livres. En voyage, il n'oublie pas d'en emporter dans ses malles : ils lui tiendront compagnie chaque fois qu'il ne sera pas requis par de tout autres curiosités mobilité de son cheval, les bonnes conversations, la découverte de moeurs étrangères, et si possible étranges. Plutôt le contact des gens que le papier, la bouche à paroles que l'encre des imprimeurs ! Il sait déjà qu'à trop lire le corps « s'attriste ».

Chez lui, c'est autre chose. Les livres sont à sa main, où trouver de quoi mettre à distance les soucis du ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous