Mutations d'un triangle à New York

Mutations d'un triangle à New York

L'auteur américain des Heures compose un conte moderne autour d'un trio : un musicien cocaïnomane, son frère homo et dilettante, leur amie cancéreuse en phase terminale.

Comment décrire la grâce de ce livre, la légèreté de ses phrases, sans se montrer pesant ? Comment parler de l'extrême bienveillance que Michael Cunningham témoigne envers ses personnages de déshérités ordinaires sans sonner comme une dame patronnesse en émoi ? Comment raconter Snow Queen sans réduire son intrigue à celle d'un vulgaire mélo alors qu'il s'agit d'un roman humaniste et mystique ? Peut-être en s'accrochant à son titre, chipé à Andersen, et en le décrivant comme un conte de fées moderne - c'est-à-dire rédigé par un esprit qui ne croit pas aux enchanteurs mais garde une certaine foi en la magie de l'existence.

Il était donc une fois, dans la ville de New York, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous