Bleu, blanc, gris : le malaise français

Bleu, blanc, gris : le malaise français

Trois ouvrages reviennent sur la neurasthénie politique et intellectuelle de l'Hexagone, toujours sidéré après les attentats.

L'année 2015 s'est ouverte dans le sang et s'est achevée dans le sang. Tandis que l'onde de choc commence seulement à se faire sentir, l'année suivante s'est ouverte sur l'anniversaire du meurtre d'Ilan Halimi, assassiné voici dix ans parce que juif. Le constat paraît sans appel : nous avons des ennemis mortels aussi déterminés qu'ils sont cons. Mais cette simple phrase pose tout de suite des problèmes considérables. Tout d'abord, qui sont ces ennemis, comment les a ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous