Jean-Paul Kauffmann, le reporter des limbes

Jean-Paul Kauffmann, le reporter des limbes

Il fait le portrait d'un nouveau lieu improbable : le champ de bataille d'Eylau, perdu dans l'enclave russe de Kaliningrad.

Écrivant Outre-terre, l'auteur de La Chambre noire de Longwood renoue avec Napoléon ; celui de Remonter la Marne, avec le reportage littéraire, son métier d'origine ; et celui du Bordeaux retrouvé proclame urbi et orbi qu'il est « un homme qui exulte d'être vivant » et n'aime pas cette image d'« ex-otage » qu'il lit dans le regard des autres. Être un revenant lui-même explique peut-être qu'il se plaise tant dans la compagnie des « fantômes de l'Histoire ».

Dans Outre-terre, alors qu'il se trouve à Gaillac, haut-lieu viticole du Tarn, sur les traces du général d'Hautpoul, l'un des héros malchanceux de la bataille d'Eylau, et donc ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous