De l'art africain à Picasso : l'inventaire d'Apollinaire

De l'art africain à Picasso : l'inventaire d'Apollinaire

Si l'on met parfois en doute ses talents de critique, Apollinaire avait sans nul doute un oeil libre et curieux, célébré à l'Orangerie.

Immense poète, mais critique médiocre : telle a été pendant longtemps la réputation d'Apollinaire. Du moins en France. Car en Allemagne, en Italie, en Russie, aux États-Unis, ses Méditations esthétiques étaient davantage lues, même si c'était à la manière d'un bréviaire du cubisme, ce qu'elles ne sont pas. « Des passages lyriques admirables », c'est ce que trouvait dans ce livre un des hommes censés s'y connaître le mieux, D. H. Kahnweiler, ajoutant toutefois dans une lettre à Raymond Queneau, en 1960 : « Mais ce ne sont que de vagues bavardages. » Et Braque, à qu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous