Rose la rouge et les siens

Rose la rouge et les siens

À travers une lignée et un quartier, le portrait au long cours d'une certaine gauche new-yorkaise.

Il est des livres écrits pour qu'on en parle, aux propos ciblés, aux intrigues congrues, qui se remplissent de l'air du temps : c'est pourquoi ils semblent si vides quand le vent a tourné. Et il en est heureusement d'autres que les commentaires échoueront à circonscrire. Leurs auteurs ne seront pas invités à poser en experts dans les émissions télévisées, mais leurs lecteurs les reconnaîtront comme d'authentiques écrivains : chez eux, pas ou peu de positions tranchées, mais des nuances, peu de jugements sur l'actualité, mais beaucoup de résonance, pas de pur héros ou de pure victime, mais des personnag es. Jonathan Lethem appartient à cette seconde catégorie. Son dernier roman, Jardin ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous