Par-delà l'écriture

Par-delà l'écriture

Rétif aux coquetteries, Pascal n'en est pas moins un styliste redoutable, parvenant à faire coexister Montaigne et la Bible, les salons et les Écritures. Sa virtuosité avance masquée : elle ne vise pas à se mettre en scène mais à se faire oublier pour mieux agir sur le monde et convaincre ses semblables.

« La vraie éloquence se moque de l'éloquence » : c'est ce qu'affirme Pascal dans ses Pensées. Rien de plus éloquent, pourtant, rien de plus rhétorique qu'une telle sentence. Mais le fait est symptomatique : c'est toujours en s'appuyant sur les cadres que Pascal parvient à s'en émanciper. Il n'est pas indifférent que ce terme d'« éloquence » revienne sous sa plume. Selon le Dictionnaire de Furetière : « Art de bien dire, rhétorique des choses propres à persuader. » C'est assez suggérer que l'ambition pascalienne n'est pas « littéraire » au sens où l'on serait tenté de l'entendre. Par ailleurs si moderne du fait de sa vigueur suggestive, de son génie de l'ellipse, de son t ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous