Printemps-hiver

Printemps-hiver

Soixante pages pour dire la perte, la douleur ; soixante pages d'un sentiment à vif, celui d'un jeune homme dont le père vient de mourir. José Luís Peixoto est âgé d'une vingtaine d'années quand il écrit ce texte bouleversant, adressé à son père. « Bouleversant » : mot galvaudé pour vendre des livres à l'émotion parfois facile. Ce texte n'en fait pas partie. Il appartient à la catégorie rare des oeuvres littéraires d'une écriture poétique, exigeante, lyrique, traduisant des sentiments universels : l'insupportable perte d'un être aimé. C'est d'abord le cahier d'un retour au pays natal, un village écrasé de soleil au coeur du Portugal et de l'oeuvre de l'auteur, une terre que le père a cult ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous