Russell, par-delà le bien ?

Russell, par-delà le bien ?

Le bien est-il une « propriété objective de certaines choses et de certaines situations », comme le pensait le philosophe George Edward Moore, et comme en convint d'abord Bertrand Russell ? Éthique et politique, dernier exposé de Russell sur ces deux sujets, paru aux éditions Payot, permet d'envisager son évolution. Extrait : « "Puissent tous les hommes être heureux" est une formule optative, mais "le bonheur est une bonne chose" a la même forme grammaticale que "Socrate est mortel". Cette forme grammaticale est-elle trompeuse ou, à l'instar de la science, l'éthique est-elle soumise au vrai et au faux ? » In logos veritas...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous