Sales coups éditoriaux

Sales coups éditoriaux

Iegor Gran propose une nouvelle farce carnassière, cette fois-ci dans le monde du livre.

« Même si nous n'étions pas toujours d'accord entre nous, ce qui nous réunissait, c'était l'envie de rester impertinents », écrivait Iegor Gran sur le site de Libération, quelques heures après l'attentat du 7 janvier. Chroniqueur à Charlie Hebdo depuis quatre ans, il était l'un des premiers à saluer l'irrévérence et l'irresponsabilité salutaires du journal, « monument » et exception de la presse française. « Rester impertinent » semble de fait le c redo de ce trublion de la littérature qui, depuis une quinzaine d'années, dézingue au vitriol tous les autres : dogmes hallucinés de l'art contemporain (caricaturés dans Ipso facto, 1998) ; bien-pensance humanitaire

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous