Théologie portative

Théologie portative

En ces temps de controverses sur la liberté d'expression, la tentation est grande d'oublier que les siècles précédents ont vu naître des oeuvres bien plus licencieuses que celles qui effraient aujourd'hui. Telle la Théologie portative du baron d'Holbach, concentré de scandale déiste et anticlérical, assez érudit pour faire réfléchir les dévots et suffisamment irrévérencieux pour faire rire les autres. De l'absolution à Zoroastre en passant par le dalaï-lama et les jésuites, d'Holbach plaide pour un dieu « qui n'exige rien des hommes que d'être bons et honnêtes ». Un précis d'incrédulité salutaire.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous