Un amant (mort) dans le placard

Un amant (mort) dans le placard

À partir d'un argument mi-policier, mi-vaudevillesque, Christian Oster se lance dans un impeccable numéro de funambule, sans un mot de trop.

Le Coeur du problème, forcément, c'est un problème de coeur. Pas seulement. Mais un peu quand même. S'il n'y avait pas eu d'amour entre Simon et Diane, Simon n'aurait certainement pas enterré le corps sous les plants de tomates, le corps du type qu'il a trouvé mort au pied de la mezzanine, tandis que Diane prenait son bain, puis ses cliques et ses claques, avant de filer en Angleterre. Personne au monde n'enterre le corps de son rival au nez et à la barbe de la police sans en avoir gros sur le coeur. Et Diane, la confiance qu'elle fait à Simon ? Il va se charger du corps de son amant, qu'elle a peut-être poussé par-dessus la rambarde de la mezzanine, si ce n'est pas de l'amour, c ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous