Un continent inexploré

Un continent inexploré

La BnF vient d'acquérir une myriade d'archives inédites du penseur : 37 000 feuillets, comprenant des manuscrits de textes inachevés, des notes de lecture ou de cours, des lettres, un journal... Premier repérage, par la conservatrice du fonds.

Depuis la mort de Michel Foucault, la connaissance que nous avons de son oeuvre s'est progressivement enrichie. À côté des livres existants, l'édition des Dits et écrits - qui regroupe la totalité des textes publiés - et celle, en voie d'achèvement, des cours enseignés au Collège de France y ont contribué pour beaucoup. La réception de cette oeuvre en a été transformée, son influence aussi. La « découverte » des archives du philosophe constituera-t-elle une nouvelle étape de cette constante réactualisation ? L'effet de surprise tient sans doute à la masse impressionnante de ces archives, dont les « foucaldiens » eux-mêmes n'avaient pas conscience : plus de 90 boîtes ou dossiers, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous