Un maximum de ministères

Un maximum de ministères

ceux qui en parlent le plus en font le moins

Une campagne électorale ne va pas sans projets et promesses. Les idées salvatrices fleurissent, de nouvelles institutions sont prévues. Tout en suggérant de réduire « drastiquement » adverbe suggérant une volonté inflexible les dépenses de l'Administration, on jure d'administrer mieux.

Pour ce faire, dans le nuage des institutions, un mot devenu majestueux malgré son origine et son préfixe : ministère . Il ne fait pas allusion à l'unité de volume affectée au bois à brûler, mais bien à des ministres réunis par un suffixe collectif et abstrait. Le ministerium latin était une fonction modeste, celle du minister , un serviteur, un prêtre par rapport au dieu d ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous