Wagner versus Verdi

Wagner versus Verdi

La BnF et l'Opéra de Paris organisent un événement historique : la rencontre, deux siècles après leur naissance, de Giuseppe Verdi et Richard Wagner sous la coupole du palais Garnier.  Paris (9e). Jusqu'au 16 mars.

Les relations passionnelles de ces deux géants de l'art lyrique avec la « Grande Boutique » ont déjà été illustrées par des manifestations ou des ouvrages ; jamais de concert. Aux dires de leurs contemporains et des historiens, ces deux-là ne s'aimaient guère. Verdi ne s'était-il pas exprimé, à l'ouverture de Tannhaüser à Paris, en 1861 : « È matto » (« Il est fou ») ? Et Wagner, considérant le compositeur d'Aïda comme le symbole de la décadence de l'opéra, ne s'appliqua-t-il à taire son nom dans ses essais sur la musique ? Tandis que V reprochait à W une lenteur confinant à l'ennui, W méprisait chez V des tentatives de séductions vocales proches du divertisseme ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous