Washington square

Washington square

Comme Madame Bovary, Washington Square appartient à ces romans en lutte contre le romanesque. L'héritière Catherine Sloper, bonne poire courtisée par un coureur de dot sournoisement mielleux, est tiraillée entre le scepticisme rigide de son père et les rêveries sentimentales d'une tante convaincue de son rôle d'entremetteuse et de confidente. Henry James signe un requiem pour ces chimères chevaleresques qui inoculent aux crédules le virus d'un romantisme de pacotille.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous